Vous êtes ici

Le Labyrinthe, la case du pouvoir

Des avantages d'occuper le pouvoir

La case centrale constitue une case spéciale : c'est le Labyrinthe, le siège du pouvoir. Si toutes les pièces peuvent la traverser, lorsqu'il n'est pas occupé, seul les Chefs peuvent s'y arrêter durablement.

Occuper le pouvoir ne consiste pas le but ultime des partis : c'est simplement un moyen, pas toujours nécessaire, pour obtenir la suprématie sur l'échiquier. En effet, son occupation donne à son Parti des avantages notables :

  • grâce au contrôle de l'appareil d'Etat, le Parti du Chef au pouvoir dispose d'un tour d'un jeu supplémentaire après chaque joueur. S'il n'y a plus qu'un seul adversaire en lice, l'avantage consiste en deux tours de jeu consécutifs.
  • grâce à l'exercice de la propagande d'Etat, le Parti du Chef au pouvoir obtient le contrôle des pièces des partis neutralisés, suite à l'encerclement de leur Chef par des cadavres. Ces pièces sont alors satellisées et assimilées, et peuvent être contrôlées de la même façon que ses pièces originelles (et ce, par défaut selon les règles standard, de manière définitive).

Attention cependant, l'exercice du pouvoir ne vaut pas immunité, bien au contraire : un Chef sur la case centrale devient une cible de choix pour les Partis adverses, pour une fois unis dans un seul et même but, déloger l'intrus du Labyrinthe avant qu'il ne devienne trop puissant. Ce dernier est vulnérable aux attaques des autres Chefs, des Assassins, des scandales du Reporter, et des manipulations des Diplomates. Par contre, les simples Militants ne peuvent plus exercer d'action sur lui.

Enfin, un Chef au pouvoir encerclé par des cadavres n'est pas éliminé du jeu : bien au contraire, c'est pour lui une protection efficace contre les attaques ennemies.

Que faire lorsque le Labyrinthe est occupé par un cadavre ?

Parfois, des événements tragiques peuvent conduire l'occupation de la case centrale par le cadavre d'un Chef, par exemple lorsque ce dernier est éclaboussé par un scandale déclenché par un Reporter.

Seul un Nécromobile peut venir dénouer cette situation scabreuse, par un mouvement en trois temps :

  • le Nécromobile, à l'issue de son mouvement initial, se positionne sur la case du Labyrinthe, à la place du cadavre du Chef enterré dans son Mausolée.
  • Il place le cadavre sur une case libre, là où l'intérêt de son Parti le dicte.
  • Mais il n'est pas autorisé à rester sur place : il doit donc immédiatement effectuer un mouvement supplémentaire (avant le tour de jeu du joueur suivante), lui permettant d'évacuer le pouvoir. Il ne peut pas effectuer d'interactions supplémentaires, et déplacer un autre cadavre, lors de ce mouvement.

Le principe est similaire pour les Diplomates manipulant un Chef au pouvoir, ainsi que pour les Assassins tuant un dirigeant occupant le Labyrinthe : ils disposent également d'un mouvement supplémentaire leur permettant d'évacuer le trône.

Variantes de règles

Variante de règles n°3 : de la fidélité des vassaux

Lorsqu'un Chef vient à quitter la case centrale, de son plein gré par un habile retrait stratégique, ou délogé par un diplomate trop insistant, qu'advient-il des pièces vassalisées (lorsque ces dernières proviennent d'un camp avec un Chef encerclé de morts) : restent-elles fidèles, ou retournent-elles leurs vestes toujours du bon côté ? Deux options sont possibles :

  • Par défaut, oui, les pièces des chefs encerclés sont définitivement acquises par le premier camp qui atteint le pouvoir.
  • Il est également possible de rendre les pièces satellites plus opportunistes et promptes ou retournement de vestes : les partis neutralisés n'accorderont leurs forces qu'aux puissants, et viendront à soutenir que les gouvernants en place. Dès lors, toute sortie du pouvoir implique la désertion de ces camps vassalisés.

Variante de règles n°7 : extension des interactions avec la case centrale

Lors de la création d'une nouvelle partie, il est possible d'activer une variante de règles permettant de débloquer de nouvelles possibilités quant à l'utilisation de la case centrale :

  • le Coup de maître du Diplomate : cette option permet au diplomate ayant délogé un Chef au pouvoir de pouvoir manipuler un Chef d'un autre camp si ce dernier est en ligne de mire pendant la phase d'évacuation de la case centrale. Dans ce cas, le deuxième Chef manipulé est obligatoirement placé au pouvoir, sur le Labyrinthe. Notre diplomate aura donc réussi un putsch et placé aux commandes de l'Etat un leader peu préparé à cette lourde charge...
  • le Coup de maître de l'Assassin : cette option permet à l'assassin ayant exercé ses basses oeuvres sur un Chef au pouvoir de faire coup-double, et de liquider un Chef d'un autre camp si ce dernier est en ligne de mire pendant la phase d'évacuation de la case centrale. Le cadavre du second Chef éliminé est alors placé sur le Labyrinthe. Notre assassin aura donc instigué la mise en place d'un gouvernement fantoche.
  • l'hommage posthume aux Chefs ennemis : si cette option est activée, il est possible de placer le cadavre d'un Chef venant d'être éliminé sur la case centrale. La case centrale est ainsi neutralisée, avec un gouvernement basé sur le culte des morts.